PREMIER RAVISSEMENT:

Le moine, dépassant entièrement la perception des formes, mettant fin à la perception des réactions.
Sans activité mentale, il s'écrie :
"Infini est l'espace !"
Il pénètre et demeure dans la sphère de l'infinité spatiale.
A ce moment, la conscience des formes qu'il avait précédemment s'évanouit,
et surgit en lui la bienheureuse conscience subtile de son être que concerne seulement l'infinité spatiale.


DEUXIEME RAVISSEMENT:

A nouveau, le moine, dépassant entièrement la conscience de l'infinité spatiale, s'écrie :
" Infinie est la conscience ! ".
Il pénètre et demeure dans la sphère où l'esprit ne s'intéresse qu'à l'infinité de la conscience.
Là où l'infinité spatiale disparaît, et surgit la conscience subtile que tout repose dans le domaine de l'infinité de la conscience.


TROISIEME RAVISSEMENT:

Dépassant entièrement l'infinité de la conscience, le moine s'écrie :
" Vraiment, il n'y a rien ! "
Il atteint la sphère de la non-existence de quoi que soit, où
la pensée n'a d'égard qu'à l'irréalité des choses.
Le sentiment de choses qui se trouvent dans la sphère de la conscience infinie qu'il vient d'avoir s'évanouit.
Il a alors la conscience subtile de la non-réalité de l'objet de sa pensée.


QUATRIEME RAVISSEMENT:

Et à nouveau, dépassant entièrement la sphère du rien,
il pénètre dans la sphère qui n'est ni perception, ni non-perception.
Il entre alors et demeure dans le nirodha,
ravissement d'arrêt, où cessent perception et sentiment.




NO Peace, NO Sleep ! Do you ?

Tapez votre message ci-dessous :